La morue

magasin online

Symbole national

“Mes romans, au fond, sont français, comme je suis moi-même, en presque tout, un Français – excepté par un certain fond sincère de tristesse lyrique, qui est une caractéristique portugaise, un goût dépravé pour le fado, et une juste passion pour la morue à l’oignon!”.

Eça de Queirós dans une lettre à un ami, 1884

La morue est le poisson des poissons

Symbole de fortune et de prospérité. Abondance et rareté. Écologie et commerce. Nourriture et culture. Réalité et légende.

Comment un poisson qui n’existe pas dans la mer portugaise est-il devenu une icône de la Gastronomie et un symbole de l’identité nationale? La réponse repose sur l’histoire.

S’il est vrai que la consommation de morue au Portugal a commencé à se généraliser au XVIe siècle, le premier contact avec ce poisson remonte à l’Antiquité. La morue serait arrivée dans la péninsule ibérique par l’intermédiaire des Vikings, qui échangeaient ce poisson contre du sel. 

Plus tard, au temps des découvertes, les Portugais ont été les pionniers de l’armement de bateaux pour la pêche de la morue sur les bancs de Terre-Neuve. Dès lors, la pêche devient une activité économique au long cours, non seulement pour les Portugais, mais aussi pour les Espagnols et les Français, entre autres, dans la région de Terre-Neuve-et-Labrador.

Dans les années 50 et 60 du siècle dernier, grâce à l’impulsion de l’Estado Novo, la pêche à la morue avait atteint son apogée. Les flottes de pêcheurs de morue garantissaient la pêche de 70% de la consommation nationale, contribuant à faire des Portugais les plus grands consommateurs mondiaux de ce poisson.

C’est ainsi que la morue est devenue la “Fidèle Amie”, symbole de la culture et d’appartenance nationales.

L’Ami fidèle

SYMBOLE NATIONAL

Les pratiques religieuses très présentes au Portugal, ont été décisives dans le processus qui a désigné la morue comme le symbole par excellence de la culture portugaise. L’interdiction de consommer de la viande pendant certaines périodes a conduit les Portugais à rechercher d’autres alternatives de consommation. 

En des temps ardus où il était difficile de consommer du poisson frais, la morue était la solution pour toutes les couches de la population. Des plus favorisés aux moins bien nantis.

Le Portugal est considéré comme le plus grand consommateur de morue salée au monde : ce sont 62 000 tonnes par an, selon l’Associação dos Industriais do Bacalhau (Association des industries de la morue) (AIB).

L’expression « l’amie fidèle » fut documentée il y a plus de 200 ans dans la littérature populaire de Cordel.

Dans les « supplices de Judas », les prières populaires dites en public et lors des rituels du « brûlage » de Judas le samedi de Alléluia, on célébrait la fin des « jours maigres » associés au Carême, et on faisait de la morue la cible de la satire populaire, au moment où « l’amie fidèle » était enterré.

Les origines diffuses de la parabole de « l’amie fidèle » prennent racine dans cette transversalité de la consommation de la morue et, surtout, dans son caractère abordable, sa facilité de conservation et le réconfort qu’elle apporte aux estomacs et aux âmes.

(Álvaro Garrido, historien)

Musée Maritime D’Ílhavo

Le Musée maritime d’Ílhavo (MMI) est né le 8 août 1937. Sa mission consiste à préserver la mémoire du travail en mer et à promouvoir la culture et l’identité maritime des Portugais.

https://museumaritimo.cm-ilhavo.pt/

Navire Santo Andre

Le navire musée Santo André est un pôle du Musée maritime d’Ílhavo. Il fit partie de la flotte portugaise de pêche à la morue et a pour objet d’illustrer les arts de la pêche chalutière. Ce chalutier latéral (ou classique) est né en Hollande, 1948, suite à une commande de l’Empresa de Pesca (Société de pêche) d’Aveiro. C’était un navire moderne de 71,40 mètres de long et une cale pouvant contenir vingt mille quintaux de poisson (1200 tonnes).

https://museumaritimo.cm-ilhavo.pt/pages/33

Navire Hôpital Gil Eanes

Il avait pour mission de porter assistance à la flotte morutière entre 1955 et 1973. En 1998, il a été reconverti en un musée à Viana do Castelo, où il se trouve aujourd’hui.

https://www.fundacaogileannes.pt/engine.php?cat=1

Les fêtes et célébrations et la morue

La morue et Noël

La tradition de consommer de la morue la veille de Noël est fortement ancrée au Portugal, ainsi que dans les communautés où la culture portugaise est présente.

Au fil des siècles, l’influence chrétienne a dicté la règle du jeûne et de la pénitence lors de la préparation des fêtes religieuses, telles que Noël, ce qui a conduit les gens à s’abstenir de manger des aliments considérés comme plus nobles, comme la viande.

Lors du dîner de la Consoada (veille de Noël) du 24 décembre, juste avant les célébrations de Noël à minuit, la morue s’est imposée comme le repas par excellence, du fait que, en plein hiver, c’est un poisson accessible à toute la population. Tous les milieux sociaux avaient accès à « l’Amie fidèle » qui s’est ainsi imposé comme l’icône gastronomique de Noël.

La morue et Pâques

Tout comme à Noël, la morue est le plat par excellence pour les célébrations de Pâques.

Le même héritage religieux du jeûne et de la pénitence, associé à la période de Carême (notamment pendant les jours importants comme le Vendredi saint) a fait de la morue l’un des ingrédients favoris, au détriment de la viande.

Au Portugal et dans les pays où la culture portugaise est présente, cette tradition d’origine religieuse s’est généralisée au point que la morue est même devenue l’aliment de la célébration du jour de Pâques, comme cela se produit dans certaines régions et certains pays, par exemple au Brésil.

#Tourauportugalenmorue